Pièce choisie pour les stages Théâtre et Cinéma 2019

Tous des oiseaux de Wajdi Mouawad

Ed. Leméac / Actes Sud – Papiers

Cette année, les trois stages d’été Théâtre et Cinéma porteront sur des extraits de cette pièce de Wajdi Mouawad. Nous demandons à toutes les personnes inscrites de se la procurer. Il faudra impérativement l’apporter et l’avoir lue avant l’arrivée au stage ; en revanche, aucun texte n’est à apprendre à l’avance.


Tous des oiseaux, une saga familiale.

Éperdument amoureux, Eitan et Wahida confrontent la réalité historique contre laquelle ils tenteront de résister. Mais les choses tournent mal sur le pont Allenby, entre Israël et la Jordanie : victime d’une attaque terroriste, Eitan tombe dans le coma. C’est dans cet espace-temps suspendu qu’il recevra la visite forcée de ses parents et de ses grands-parents, alors que les chagrins identitaires, le démon des détestations, les idéologies torses s’enflamment et que les oiseaux de malheur attaquent en piqué le cœur et la raison de chacun. Que sait-on des secrets de sa famille, de quels revers de l’Histoire et de quelles violences sommes-nous tous les héritiers ? Si l’on naît dans le lit de notre ennemi, comment empêcher que l’hémoglobine en nos veines ne devienne une mine antipersonnel…

Cette pièce a été créée au Théâtre National de La Colline (Paris) en novembre 2017, mise en scène par son auteur et interprétée en Français, Allemand, Anglais et Hébreux.

Wajdi Mouawad

Wajdi MouawadNé en 1968 au Liban, il est un homme de théâtre, metteur en scène, auteur, comédien, directeur artistique, plasticien et cinéaste libano-canadien. Wajdi Mouawad pose la question de la mémoire et de l’héritage, de l’exil, à travers une œuvre théâtrale dont le drame se noue sur plusieurs continents et puise dans la tragédie grecque pour questionner le monde d’aujourd’hui. Il est directeur du Théâtre national de La Colline (Paris) depuis 2016.


« Pour sa première mise en scène au théâtre de la Colline, depuis qu’il en a pris la direction, Wajdi Mouawad livre une pièce puissante et riche, qui renoue avec le drame des filiations éprouvées, douloureuses, voire impossibles, en inscrivant ses enjeux dans la rencontre avec l’autre – l’opposé, l’ennemi – et les conflits contemporains, notamment celui israélo-palestinien. » Pierre Monastier, Le mag-profession spectacle, 26 novembre 2017