10 avril 2020

De Joëlle Mezza
Comédienne de la Troupe Ouïe-Dire And Co
Pièce travaillée : Le misanthrope, de Molière
Personnages : Philinte et Arsinoé

Avant la séance, je revois mon texte comme d’habitude. Car même si on peut l’avoir sous les yeux, c’est l’occasion de tester sa mémorisation des vers avec les autres.

Je me connecte souvent en avance, je teste le code d’accès et Monsieur BlueJeans* me dit que je suis la seule à la réunion. En avance, comme d’habitude finalement ! J’entre comme par effraction dans un intérieur qui m’est étranger : un mur blanc, de nombreux livres sur des étagères, des poutres apparentes…

Puis chacun arrive tour à tour. On se dit bonjour à distance, on prend des nouvelles des uns et des autres en attendant que tout le monde soit là. Nous voilà chacun dans sa loge comme au théâtre, ou dans certains décors qui donnent à voir les vies parallèles de tout un immeuble. Ou comme des petites abeilles dans leurs alvéoles. Parfois certaines s’échappent, disparaissent puis réapparaissent.

La communication n’est pas complètement fluide… techniquement d’abord… il faut s’écouter, comprendre qui parle à qui, un bon exercice de théâtre, me direz-vous ! Mais j’ai souvent l’impression de ne pas être entendue ou pas écoutée. Pour quelqu’un qui a déjà du mal à s’insérer dans les discussions de groupe, c’est encore plus frustrant.

Et puis on travaille :

“ A quoiqu—-nant on sort assujett—- ne m’attendais —— partie—– dame !”

Si si c’est un alexandrin !

Décalages, arrêts sur image, j’entends la voix de véronique qui court et son image bloquée sur un grand moulinet du bras… certains parlent en langue des signes… on se perd, on se retrouve….

On se prend à imaginer des déplacements, des gestes qu’on ne pourra pas essayer tout de suite. Mais ça travaille pour plus tard peut-être.

Puis vient le moment de pause. Étonnamment, il y a comme une gène à avoir une discussion libre, une retenue, qui contraste avec la prolixité des échanges whatssapiens. Une certaine inquiétude point chez chacun-e, malgré la multiplicité des blagues échangées sur Whatsapp.

La séance se termine. En deux minutes, on se retrouve basculé dans notre univers quotidien. Pas de sas de décompression, il va falloir parler en prose !

* BlueJeans : application de visioconférence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.